Camille Schmitz

Personne physique, 24503
Ancien Père Oblat et prêtre en milieu ouvrier, Camille Schmitz a animé, depuis ses débuts (1966) jusqu'en 1974, le Centre Communautaire du Cadran, qui est resté un lieu de convergence d'inspiration chrétienne progressiste pendant 40 ans. Sur la lancée, il a assuré le secrétariat général (de 1969 à 1974) des «Chrétiens Pour Le Socialisme» (C.P.S.), 2000 membres Wallonie – Bruxelles.Animateur de réseaux, il est un militant incontournable du monde associatif liégeois : impliqué dans de nombreuses initiatives, il établit des liens entre elles, ce qui lui vaut le surnom amical de "relieur". Par ex., dès les années 1960, à partir des Groupes d'Organisation de Loisirs à la côte belge et autres Comités d'Action, y compris en lien avec les contestataires de 68. Et dans le « tournant des années septante », c'est l'équipe de Culture Tourisme Loisirs (C.T.L.), particulièrement branchée sur l'animation des luttes sociales (occupation du Grand Bazar de Liège, entre autres), qui sera porteuse de 1975 à1978 de la fondation de l'asbl Les Grignoux.On le retrouve, en 1987, dans la création ,à partir des «Communautés Chrétiennes de base», de ce qui deviendra le Centre du Beau-Mur, lieu pluraliste de rencontres, d'échanges, de confrontations, de solidarités nouvelles. Dans la seconde moitié des années 1990, il est l'une des chevilles ouvrières du mouvement alter-mondialiste liégeois et le coordinateur d'ATTAC Wallonie-Bruxelles de 1999 à 2004. En même temps, il est partie prenante du dynamisme surgi de Barricade, centre culturel à Pierreuse, et devient l'un des initiateurs de la Coordination D'Autres Mondes, Forum Social à la liégeoise réunissant à l'époque, au Beau-Mur, 102 associations dont les deux organisations syndicales FGTB et CSC.
Loading...